• 29 mars 2009, un anniversaire au goût amer… Le collectif Ni pauvre, ni soumis ne désarme pas !

    2038520069.jpg

    Un an déjà que la manifestation historique du mouvement Ni pauvre, ni soumis du 29 mars 2008 a eu lieu. Une manifestation qui rassemblait près de 100 associations et 35 000 personnes en situation de handicap ou atteintes de maladie invalidante. Et une revendication : un revenu d’existence décent égal au SMIC pour les personnes qui ne peuvent pas ou plus travailler en raison de leur handicap ou de leur maladie !

    Un an après, toujours rien alors que la situation s’aggrave…

    Depuis un an, les appels et les actions de « Ni pauvre, ni soumis » et les témoignages de détresse des personnes se multiplient dans toute la France…

    Et le président de la République et le gouvernement ne veulent pas comprendre ni entendre :
    - Ils promettent un meilleur niveau de vie par le travail à des personnes qui ne peuvent pas ou plus travailler (et en des temps de chômage croissant…).
    - Ils se félicitent d’une augmentation de l’allocation adulte handicapé (AAH) de plus de 4% par an, augmentation très insuffisante car laissant les personnes sous le seuil de pauvreté, et partiale car ne concernant pas les bénéficiaires de pensions d’invalidité ou de rentes d’accident du travail.

    Les 29 janvier et 19 mars derniers, le collectif manifestait aux côtés des syndicats. Pas contre la crise, mais pour une citoyenneté réelle grâce à un revenu décent !

    Entre le 27 et le 29 mars, des collectifs locaux Ni pauvre, ni soumis seront mobilisés et dans la rue : Marseille, Valence, Versailles, Amiens…

    Le mouvement « Ni pauvre, ni soumis » demande d’urgence au président de la République et au gouvernement de prendre deux engagements d’ici le 29 mars prochain :
    - l’élargissement de la prime de solidarité active de 200 € prévue au 1er avril 2009 à tous les bénéficiaires des minima sociaux (y compris les titulaires de l’allocation adulte handicapé ou de l’allocation supplémentaire d’invalidité), de rentes, de pensions dont le montant est en dessous du seuil de pauvreté ;
    - l’ouverture dès aujourd’hui d’un « Grenelle de la solidarité » sur l’instauration d’un revenu d’existence.

    Pour tout savoir sur « Ni pauvre, ni soumis » : www.nipauvrenisoumis.org

  • APF Ecoute Parents : Un nouveau numéro vert « par et pour » des parents d’enfant en situation de handicap


    Parce que la veille scolaire mise en place par l’APF a révélé un fort besoin d’écoute de la part des parents appelants, parce que le service APF Ecoute Infos, qui gère déjà deux numéros d’écoute psychologique « Ecoute Handicap Moteur » et « Ecoute Sclérose en Plaques » a constaté que nombre d’appels étaient passés par ces mêmes parent d’enfants en situation de handicap, il a décidé d’ouvrir une ligne dédiée : « APF Ecoute Parents ». Particularité de cette ligne : les écoutants sont eux-mêmes des parents d’enfant en situation de handicap, ayant été confrontés à une expérience similaire à celle desappelants.


    Un principe de pair émulation
    Parce qu’il est connu que l’on s’adresse plus facilement à une personne qui a une expérience de vie similaire et peut vous comprendre, APF Ecoute Parents repose sur le principe de la pair émulation : les écoutants sont eux-mêmes des parents d’enfants en situation de handicap. Le but : libérer la parole pour permettre de réels échanges autour de ce qui est le plus souvent indicible.

    Des parents formés à l’écoute
    Toutefois la pair émulation nécessite un bon recul sur sa propre expérience, pour ne pas se sentir déstabilisé par des problématiques en résonance avec elle. Les écoutants ont ainsi reçu une formation initiale à l’écoute et bénéficient d’un accompagnement en continu mené par un
    psychologue référent du service d’appui. ainsi que de supervisions régulières avec un intervenant extérieur.
    En pratique, chaque parent-écoutant reçoit les appels chez lui, deux heures par semaine, sur un poste et une ligne téléphoniques dédiés à cet effet, dans une pièce séparée. L’écoute proposée est anonyme pour les deux protagonistes, et l’appel est gratuit depuis un poste fixe.

    Des heures d’écoute adaptées au rythme familial
    Les plages horaires de « APF Ecoute Parents » ont été choisies afin que l’appelant et l’écoutant soient disponibles c’est-à-dire lors de moments où la vie familiale est moins intense. Tous les jours de la semaine sauf le week-end, les plages horaires correspondent le plus souvent à des périodes où l’enfant est soit en structure d’accueil, soit couché.

    APF Ecoute Parents : 0800 800 766
    Des parents d'enfant en situation de handicap à votre écoute
    (handicap moteur avec ou sans troubles associés, polyhandicap)
    Numéro vert - appel anonyme et gratuit
    Les lundis (9h-11h), mardis (9h-12h), mercredis (20-22h), jeudis (14-16h), vendredis (18-20h)
    Rappel des autres numéros verts d’APF Ecoute Infos : des psychologues à votre écoute
    - Ecoute Handicap Moteur : 0 800 500 597
    - Ecoute SEP : 0 800 854 976
    Appel anonyme et gratuit depuis un poste fixe, du lundi au vendredi, 13h-18h